Ils étaient glauques ces deux derniers mois. Sales et gris, tristes et froids, impersonnels et tellement neutres qu’on aurait pu pensé qu’ils allaient nous faire disparaître. Alors cette sélection n’est pas franchement la grande vadrouille, on ne se croit à aucun moment dans une fête, même sombre. L’ouverture et la fermeture de cette playlist sont aux mains de Kanye West dont on vous parlera dès la semaine prochaine de ce fameux album. Le reste est un collage de mise en musique plutôt défaitiste mais toujours aussi sensible. La parole est aux déprimés.