n_QYzpOAmFw

Young Thug est sans doute l’un des rappeurs les plus faciles à aimer. Au cours de ses sorties, il a développé tellement de personnalités, tellement de sonorités différentes qu’il y en aura forcément une pour vous plaire. Sans parler du fait que c’est sans doute un des représentants du rap-game les plus positifs et les plus esthétiques qui soit (que l’on parle de ses clips ou de ses pochettes d’album). Seulement quand le jeune homme annonce un album entier avec Drake pour executive producer, au vue des dernières sorties du canadien, on a quelques inquiétudes, inquiétudes confirmées par les premiers extraits de Family Don’t matter à la guitare et aux accents country. L’heure est donc maintenant au mea culpa: Young Thug n’a pas perdu le nord, il n’a pas non plus fait un album de country, il a juste parfait son entreprise d’abolition des frontières du rap avec une main de maître.

Schengen du rap game

Family don’t matter qui ouvre donc cette sortie traduit la ligne éditoriale de l’album. On y trouve une fibre pop parfaitement maitrisée et dosée à la production très instrumentale pour un album de rap. Si vous avez écouté cet album avant la lecture de cette chronique, vous allez d’ores et déjà m’arrêter car il ne s’agit visiblement pas d’un album de rap. Young Thug l’avait annoncé et a tenu sa promesse: « it’s a singing album ». Que ce soit sur des titres r&b comme You Said ou Oh Yeah aux plus évidents Feel it ou Relationships, Thug déploie ses capacités vocales comme jamais auparavant. De ce constat en découle un autre: il n’y a pas de super-production sur cet album. Pas de titre à la Best Friend ou Pick Up The Phone qui nourrira les clics et les dj sets du monde entier sur ce Beautiful Thugger Girls à l’exception peut-être de Feel It ou de She wanna party qui a tout d’un petit tube de l’été bien classique qui ne va pas chercher plus loin que la fête. L’album se développe de façon assez disloquée, chaque titre étant relativement indépendant, chaque morceau semblant être un prétexte à concrétiser les premiers pas faits dans telle ou telle direction. Sur You Said, Young Thug n’a jamais été aussi loin dans son exploration du r&b, sur Daddy’s Birthday il n’ a jamais été aussi honnête sur sa situation de père (“I’m so busy, make me feel like I’m in and out my kids’ lives/ I’m the father of six babies you know what I’m saying?« ) et sur Get High il n’a jamais été aussi confiant tout en étant si classique.

Love me whatever way

Get High fait partie des intermittences pendant lesquelles on se retrouve dans un album de rap classique avec Relationships. Si ces deux titres sont les plus « institutionnels » dans un sens c’est par la présence de Snoop Dog sur le premier pour un couplet magistral accompagné de Lil Durk et Future sur le second, deux poids lourd du rap qui amènent forcément avec eux une dose de classicisme. Il y a quelque chose d’assez intemporel dans cet album: Take Care pourrait être un avant goût du rap du futur avec une production EDM assez peu sophistiquée, For Y’all pourrait être ce à quoi ressemblera le rap dans un futur où Drake et ses visions exotiques/latines auront contaminé le monde entier alors que Feel it pourrait sortir tout droit d’un album d’Akon qu’on écoutera toujours 10 ans après avec le même plaisir coupable. Dans cet album il y a un romantisme un peu naïf, celui qui pousse Young Thug à déclarer « I wanna know if you gon’ roll with me/I’mma do or die with you no matter what » sur Wanna Party ou encore « I haven’t slide in days, for you
Treatin’ myself like I got AIDS for you/ I got nine lives, I’ll blaze for you
I’ll set it down in days for you » et qui finit par demander fébrilement « L-O-V-E, do you love me? » sur Do U Love Me?. C’est aussi sans doute cela le charme de Young Thug, la fébrilité dans l’attente de l’approbation, la sempiternelle recherche de l’affection et l’ironie qui découle par conséquent d’un morceau comme Relationships qui n’arrive pas à cacher l’absurdité du personnage de collectionneur de conquêtes qu’essaie pourtant de se construire Young Thug de temps à autres.

Beautiful Thugger Girls est sorti dans une relative indifférence. Eclipsé par d’autres mastodontes et surtout parce qu’internet se résume maintenant à Rihanna dans le clip de Wild Thoughts. Il y a tout à parier que la grandeur de cet album se déploiera dans un temps plus long, comme le temps qu’il aura fallu à Young Thug pour sortir ce projet, le plus abouti en date. Et si par hasard cet album ne rencontrait jamais le succès qu’il mérite, cela voudrait dire que nous n’étions pas prêt. En tout cas une chose est sûre: Young Thug lui, ne l’a jamais autant été.

Young Thug - Beautiful Thugger Girls
7Note finale
Avis des lecteurs 7 Avis
6.8