mBg75KYIZlw

Si c’était le premier EP de The Garden on pourrait se donner à cœur joie dans le maniement des expressions racoleuses en les présentant comme the next big thing et autres « groupe à surveiller ». Mais à l’inverse de leurs projets solos, leur carrière en tant que The Garden ressemble un peu à celle de Bruce Toussaint : chaque année on croit que ce sera celle de leur explosion et en fait non. Ils restent d’éternels new comers à qui on promettrait la lune mais qui ne feraient rien pour l’avoir, on ne fait rien pour la leur donner et les choses restent dans cet état flottant, dans une sorte d’emballement semi-convaincu. Il faut dire qu’ils nous donnent peu de matière: un EP de seulement 13 minutes après un premier album en 2015, des performances frôlant le malaise, une vacuité des paroles qui peut parfois aller très loin ( » I’m gonna pull my switch / like a pancake breakfast« ,  « I like cereal, but I ain’t no serial killer« ).
U want the scoop ? fait l’effet d’une bastonnade, ça balance des coups à l’emporte-pièce de manière ininterrompue et quand ça se termine vous avez à peine eu le temps de comprendre ce qu’il venait de se passer. Et pourtant la différence avec Haha est flagrante: les morceaux sont plus travaillés, ils se prennent à sortir de leur zone de confort en lorgnant vers des sonorités électroniques et ajoutant des effets de voix (  U want the scoop ?), en parlant de politique « I’m of the youth / being screwed / I see lots of people fighting / protesting in the streets / technology opens us up / we can show the rest of the world / we need to make a move / now here’s the pressing problem » et s’essayant au storytelling (Have a good day sir). On voit même pointer une fierté et une détermination bien étonnantes pour un groupe qui se veut si désinvolte (« after all this time / we’ve gone this path / all the people that / have came and passed / it’s not over yet« ).

Le vide et le plein

Que cela passe par un appel explicite à la révolte (Make yer mark) ou un appel à ne pas faire ce qui est attendu de vous (All access), le but et le talent de The Garden c’est de vous transmettre leur envie d’en découdre; et, de fait il est quasiment impossible de rester imperméable à cette débauche d’énergie qui vous prend d’assaut sans s’embarrasser d’aucune convention.

S’ils se permettent tout c’est parce que l’ironie est la clé de voûte de leur projet. Elle transpire dans leurs clips, leurs attitudes, leurs paroles, dans le terme « vada vada » qu’ils ont inventé pour qualifier leur musique et sa description comme « an alternative reality that we put ourselves into so we don’t have to fit in”.  Mais celle-ci est autant leur force que leur faiblesse: c’est ce qui leur vaut leur crédibilité en tant que groupe punk mais aussi ce qui peut les rendre inconsistants car si rien n’est sérieux, à quel point sommes nous face à une vaste fraude ?

 

The Garden- U want the scoop ?
6Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis
0.0