Narcose : nom féminin – (grec narkôsis, de narkoûn, engourdir) : Perte de conscience sous l’effet d’un narcotique. Ivresse des profondeurs, assoupissement, hypnose, somnolence, engourdissement. 

C’est justement à la narcose que nous mène le dernier clip du duo parisien Meteor. Véritable OVNI dévoilé il y a trois semaine, cette vidéo servait d’avant goût à Adastra, le nouvel EP du groupe sorti le 5 Octobre sur le label parisien SEML (Sweet Electronic Music Lovers).

C’est sur une électro profonde et soignée que le duo nous transporte dans un état second avec leur expérimentation visuelle. Au rythme des battements et à la façon d’un kaléidoscope, se mêlent une infinité d’images pornographique. Le clip devient alors fascinant et dérangeant.  À la fois sublime et répugnant. Rien ne se voit mais tout se devine. On se retrouve alors hypnotisé par ces images qui s’unissent, s’entremêlent et se pénètrent à la façon de deux corps. Des lèvres se joignent pour ne faire qu’une, et finalement s’effacent pour renaitrent sous la forme d’un bras tout aussi éphémère que ces dernières. À chaque fois quelque chose de nouveau (Cf : « Everyday, there’s something new »), tout fusionne et se métamorphose, rien ne dure et tout disparait pour créer de nouvelles possibilités.

Ces corps nus, objets de désir intense, laissent alors place à des créatures monstrueuses qui par leur aspect sexuel intriguent, mais par leur forme dérangent. On oublie alors le temps passer pendant ces cinq minutes oniriques pour se réveiller un peu troublé et pourquoi pas relancer une deuxième fois la vidéo.