nWSFlqBOgl8

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Ainsi on peut sans honte admettre aimer Justin Bieber, les One Direction et aujourd’hui Chairlift. Aimer Chairlift, c’est accepter sa part de féminité, le goût des couleurs pastel, des clips aux flous romantico-arty et des yeux de biche. Un pas qui n’était pas forcément dans mes cordes jusque-là. Mais Moth, ce n’est pas ce Chairlift là. Ce n’est pas ce glaçage trop sucré qui écoeurait et empêchait l’appréciation de leurs premiers longs formats, trop compacts, trop aigus aussi. En se détachant de l’obsession de cohérence, le duo Chairlift dévoile son meilleur album.

Lâcher le contrôle

Look Up a l’intelligence d’un titre de Jessie Ware : sa simplicité. Certes qu’une intro, mais on aurait déjà voulu qu’elle dure plus longtemps. Chairlift a toujours eu une propension à la popularité assez assumée (merci la publicité) et qui jusqu’ici ne leur réussissait que moyennement. Force est de constater que le créneau des petits groupes de pop à la voix fluette qui chante sur l’amour est légèrement embouteillé (coucou HAIM, CHVRCHES, Grimes parfois). Chairlift semble avoir compris que c’était peut-être plus intéressant de se concentrer sur les non-lieux sentimentaux au lieu de suivre le chemin balisé de la rencontre à l’amour, parler des faiblesses, des réactions corporelles, des instants que l’on souhaite cacher. C’est bien ce qu’exprime un des meilleurs titres de l’album, Crying In Public. Quand on n’est plus vraiment maître de son corps, qu’on s’embarrasse et embarrasse les autres parce qu’on craque devant la faiblesse que représente le fait de réaliser que l’on tombe amoureux, c’est bien ça qui est intéressant dans ce nouveau Charilift. Le single Romeo montrait déjà la perte d’un certain aspect naïf toujours un peu présent jusqu’à maintenant, ici on gagne les filles dans un jeu et Romeo est au comptoir du bar une bière à la main tandis que vous errez dans les rues de Tokyo au milieu de la nuit en attendant qu’il soit prêt à partir avec vous.

Choisir son crew

Ch-Ching est étonnement « ghetto » aurait dit Tarantino. On se contentera d’y voir une influence digne d’un bon titre R&B de Timbaland années 2000 et c’est ici un des plus beaux compliments qu’on puisse faire à un titre. On ne peut pas vraiment s’empêcher de penser que ce sont peut-être les précieux moments passés aux côtés de Queen B à laisser deux, trois influences hip-hop chez le jeune duo ou que celui-ci, chose nouvelle, les assume maintenant plus largement. Il y a la force décuplée des titres pop en contrepartie des aveux de faiblesse. Romeo, Polymorphing, Show u Off sont des témoignages de confiance. Là encore, on pense aux récentes fréquentations de Caroline Polachek en se disant que Dev Hynes a peut-être communiqué sa recette du tube parfait avec ces intonations disco dans Show u OffPolymorphing n’a pas peur de se complexifier, d’évoluer sur différents niveaux pour se déployer comme le grand titre pop qu’il est. Ottawa to Osaka est le seul titre de l’album que l’on sent en lien avec l’extérieur de la ville, des environnements du quotidien. Le duo a certes insisté sur le fait que l’album étaita new-york record’ et par ses thématiques, ses positionnements, il est en effet ancré dans un monde urbain assez identifiable mais ce titre prend de la hauteur et parvient à démontrer que même sur un autre terrain, Chairlift a mûri. On peut aussi souligner le rôle de premier plan qu’a eu Robin Hannibal de Rhye sur ce projet puisqu’il a coproduit près de quatre titres dont l’excellent Ch-Ching.

Grimes avait choisi de ne pas choisir, assumant son côté weirdo comme son meilleur argument quit parfois à frôler l’indigeste sur Art Angels. Parce que c’est sa marque de fabrique, son identité, elle avait osé garder quinze titres sur son projet pop ultime. Chairlift est nouveau sur ce terrain et, par conséquent, le choix d’une sélection réduite à dix titres est sans hésiter leur choix le plus intelligent. Moth est un certain aperçu de ce que la pop a de mieux à offrir quand elle s’autorise le contre-récit et se remet en question et une belle promesse pour la suite des projets du duo new-yorkais.

 

Chairlift - Moth
7.7Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis
0.0